Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Enfant de Novembre

Enfant de Novembre

Bienvenue sur le blog de ToF', une escale dans sa balade labyrinthique.


Ronds de fumée (3)

Publié par EnfantdeNovembre sur 17 Avril 2009, 15:42pm

Catégories : #Ronds de fumée


Prendre le temps du souffle. Dans le froid des hivers, je fais des ronds de fumée. Au cœur d’une ville agitée, ou seul sur un rocher. L’été, j’ai cessé de souffler. L’hésitation lancinante, mais courte pourtant, j’amorce de nouveau un enchaînement des exercices respiratoires, sous un état qu’ il convient de ne pas détailler, à des rythmes effrénés, d’autres saccadés, voire extrêmement dérangés. Mes ronds ne tournent plus très rond. Mon regard a changé, et je fais des ronds écorchés.


Un rond de fumée écorché.

Tout un rêve entier qui défile comme dans le reflet d’un œil tant aimé. Puis un pan entier de rêves avortés de n’avoir été protégés. De plus sombres perturbent les valses oniriques, des images teintées d’une mélancolie profonde imprègnent mon inconscient, et jusqu’à mon conscient. Les sensations, les émotions qui en découlent alors au réveil sont bien pire que les cauchemars. Mais plus de temps pour aborder ce sujet, le rond se dissout.


Un rond de fumée écorché.

Le petit bout de la lorgnette. Un mal d’Ego dans l rétro, un mégot consumé au trot. Un Je de croc, que je bousille d’un revers de mégalo, sans démago.


Un rond de fumée écorché.

Mes bouts de folie concentrés en un disque magistralement sculpté. Des bouts qui s’aimantent à la circonférence de ma vie, qui segmentent le diameter de mes possibles, qui attentent à mon centre, le cœur, via la voie sinueuse de mon radius, brouillé comme en reflet sur la surface mouvante d’un ruisseau. Je permets à ces fragments délirants de prendre les rênes par moments, et je me laisse aller, parce que j’ai l’eau salée.


Un rond de fumée écorché.

À travers duquel je passe le poignet, pour m’en faire un bracelet. Mon bras se lève, resplendissant du bijou de gaz éclatant, arborant modestement cet honneur qui lui est fait de se voir décorer de la sorte. La fumée n’est pas morte. Je m’amuse à tourner mon poignet, en pensant aux sensuels déhanchements des danseuses du ventre. Mon bracelet danse aussi, tout en maladresse en raison du poignet qui ne doit surtout pas faire contact avec le bijou. Mais je ne le contrôle plus, et le rond sensuel et langoureux devient, à force de plus en plus de vitesse, une espèce de lame circulaire, aiguisée à l’extrême, et que je vois peu à peu s’approcher du poignet pour en faire des lamelles. Et l’âme, elle, tente une échappatoire, mais ne peut résister à l’étrange phénomène de boucherie qui s’annonce…


Un rond de fumée écorché.

De la bouche d’un lézard. Ma peau est de l’écaille. Mon corps dans la rocaille quand la nuit m‘assaille, et dont l’entaille, en son centre, se prolonge jusqu’à mon cœur, sécrétant des lacrymales que je bois à la paille. La langue qui s’enroule, les yeux exorbités, je cherche la faille… Je ne suis pas le diable: m’attraper par la queue est fatale pour elle! Cassé, agressé, privé dès lors de Kokigami, je n’ai plus de queue. Le temps que le rond se dissipe, j’attends et me mets à la pipe, avec l’espoir qu’elle repousse.


Des ronds de fumée, qui me font tousser.

Un rond de fumée.

Entrez dans la ronde! Mille petits enfants sur le monde. Mille petits enfants se tiennent par la main, et tournent le long du rond, en dansant à l‘unisson. Ne jamais entrer dans la ronde, la ronde des moutons.

Ne nous attardons pas ici, les enfants. C’est un rond de fumée, et vous pourriez tousser…

Mais comme dit Milan Kundera: «Danser

Un fantasme à la main, j’entrouvre légèrement les lèvres et y sors le plus lentement possible ma langue, que je veux amener dans l’orifice en fumée. Car là se situe, je le sens, le ressens, le nouveau point de départ d’une exploration sans borne qu’il me faut entreprendre. Un champ de recherche dont je ne sais par où commencer, tant mes incertitudes ont pris le pas sur ce que je croyais être des évidences. La Psyché féminine…


Des ronds de fumée.

Pardon, je tousse…

dans une ronde est magique; la ronde nous parle depuis les profondeurs millénaires de la mémoire".

Un rond de fumée.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents