Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Enfant de Novembre

Enfant de Novembre

Bienvenue sur le blog de ToF', une escale dans sa balade labyrinthique.


LIEU DE VIE (album 3)

Visuel-LIEU-DE-VIE.jpg

 

 

1- Lieu de Vie                           2- Couci-couça

3- Des jours meilleurs                           4- Donc je suis

5- Se déchirer

6- Comprendre les choses                        7- Amherst

8- Un serpent sous la peau

9- Pourquoi ce soir…

10- Tragédie des envies

11- Sortir d’ici                           12- On parle de moi

13- A l’ombre d’un olivier               

   14- Epitof’

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 

 

LIEU DE VIE

Tant d’aurores                                     Je rumine

Se sont endormis                                Ma pensée jusqu’à l’aube

D’autres encore                                   La moraline

N’ont pas encore lui                           S’évapore comme de l’eau

 

 

 

Trouver enfin un lieu de vie

De liberté, sans vis-à-vis

Gauguin dans les Marquises

Mais mon cœur sur la Banquise

LIEU DE VIE

Dénicher le mode de vie

Qui me fasse aimer la vie

Nietzsche à Sils-Maria

Mais mon cœur en Alaska

 

 

Je voyage                                              J’élimine

Au plus haut des monts                   Canailles et tarentules

Quitte à l’orage                                   Et j’imagine

Au risque du sans fond                     Les femmes à Tahiti

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~  

 

 

COUCI-COUÇA

 

Je me sens comme une bulle océanique

Mais comme un cœur métastatique

Comme une ombre de mosaïque

Mais comme une onde thérapeutique

Je me sens comme ça

Couci-couça

 

Je me sens comme une vibration souterraine

Mais comme une poupée de porcelaine

Comme une limbe ombilicienne

Mais comme une âme en gangrène

Mon âme est une cimaise

Mal à l’aise

 

Je me sens comme une antenne de libellule

Mais comme une tombe profanée

Comme une pince de tarentule

Mais comme une lune-mélopée

Je me sens comme ça

Couci-couça

 

Je me sens comme une bulle

Je me sens comme une lune

Comme une vibration

Une tombe…

Mes nerfs

Je les pèse

Je me sens comme ça

Couci-couça.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~ 

 

 

DES JOURS MEILLEURS

 

On l’a vu partir, naguère                                      On l’a vu saigner son sang

On l’a vu partir à la guerre                                  On l’a vu saigner, l’innocent

On l’a vu partir en vrille                                        On l’a vu écrire un soir

A la mémoire d’une fille…                                     On l’a vu écrire ses mémoires…

On l’a vu blessé, K.O.                                         On l’a vu mourir, cet homme

On l’a vu meurtri, le héros                                    Mais on a vu vivre un grand homme

On l’a vu fauché, errer                                           On l’a vu saigner son coeur

A la recherche d’un passé…                                Il a connu des jours meilleurs…

 

On l’a entendu de loin                                           Il a connu des jours meilleurs

Entendu crier pour du pain                                ‘Peut pas parler d’bonheur

On l’a attendu pour rien                                       Car c’est toujours éphémère

Il ne reviendra pas demain…                                  Il a goûté aux jours meilleurs

On l’a vu porter du lourd                                      Après une vie de pleurs

Il a supporté les vautours                                      Le cœur serré par les nerfs

On l’a vu pleurer aussi              

Pleurer pour un enfant, maudit…                        Il a connu des jours meilleurs

                                                                                       ‘Peut pas parler d’bonheur

Il a connu des jours meilleurs                               Car c’est toujours éphémère

‘Peut pas parler d’bonheur                                  Il a connu des jours meilleurs

Car c’est toujours éphémère                              De douceur plus que de douleur

Il a goûté aux jours meilleurs                                Mais c’est toujours éphémère

Après une vie de peurs

Incarcéré par la guerre                                         

Je l’ai connu déchiré      

                                                                                       Dans la lumière des blessés

                                                                                       Je l’ai connu apaisé  

A l'ombre d'un olivier.

 

 

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~      

 

DONC JE SUIS

On dit « je pense donc je suis »                                  On dit « je pense donc je suis »

Deux idées qu’on associe                                             Apprécier des théories

Et faire jaillir de l’esprit                                                 Je vous aime à la folie

Sa philosophie                                                                 Et à l’aphélie

 

On dit « je pense donc je suis »                                  On dit « je pense donc je suis »

Trouver son oreille amie                                               Deux, trois idées qu’on oublie

Mais à la tombée de la nuit:                                         Un trou noir qu’on exfolie

La mélancolie                                                                    Pour rester poli

 

On dit qu’on parle pour rien dire                               On dit qu’on parle sans agir

Quand on se tait, ça fait rire                                       Qu’il faut bien là s’en sortir

Les mots pour dire et maudire                                    Et on se force à sourire

Avant de frémir                                                                 Jusqu’à en vomir… de rire                    

 

On dit « faut pas voir le pire »                                     On dit le temps d’un soupir

Un lapsus me fait pâlir                                                   C’qu’on n’a pas le temps d’écrire

Ma langue se lie et délire                                              C’que j’ai déjà vu du pire

J’ai plus qu’à écrire                                                         Je préfère l’écrire

 

 

Donc je suis, donc je suis                                             Donc je suis, donc je suis

Un con à ma manière                                                      Un con à ma manière

Donc je suis, donc je suis                                             Donc je suis, donc je suis

Le sens du courant d’air                                               Le sens du courant d’air

Donc je suis, donc je suis                                             Donc je suis, donc je suis

Un con à ma manière                                                     Un con à ma manière

Donc je suis, donc je suis                                             Donc je suis, donc je suis

Bien le fils de ma mère                                                  Bien le fils de mon  père             

        ( Le contraire de mon père).                                 (Le contraire de ma mère).

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 


SE  DECHIRER

 

 

S’ignorer

Ne pas même se regarder

Après s’être tant aimés

Se déchirer

Ne plus être prêt à parler

Sur le point même de se détester…

 

Se blâmer

La faute se rejeter

Après tant de belles années

Devoir lutter

Pour ne pas culpabiliser

Sur le point même de se tuer…

 

S’enfoncer

Après avoir offensé

Ne pas même se pardonner

Rêve avorté

Se détruire après s’être nargués

Casser d’un souffle un narguilé…

 

S’ignorer

Ne plus se regarder

Étranger…

Pour pouvoir pleurer:

S’isoler…

Se déchirer.

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

COMPRENDRE LES CHOSES

 

 

On a fabriqué des planètes                                   On a fabriqué des planètes

Des boules de papier mâché                                 Des boules de papier mâché

On s’est fait tourner la tête                                   On a fait voler des assiettes

Jésus, on l’a décrucifié                                             Nos parents, on les a crucifiés

On a fabriqué des soleils                                        On a fabriqué d’autres écoles

Des lunes en forme de losanges                           Des maîtresses de Jupiter

On a fait briller les abeilles                                     On les a rendues folles

Pour qu’elles deviennent des anges                     A leur faire clamer des vers

                            ¯                                                                                               ¯

On a fabriqué des planètes                                   On a fabriqué des planètes

Des éclipses sous la mer                                         Des étoiles dans l’étain

On s’est pris pour des poètes                              On en a payé des dettes

Un peu Rimbaud de l’air                                          Un peu pauvres à la fin

On a construit des stratosphères                        On a construit des souterrains

Pour sortir du grand sommeil                                  Planquons-nous dans les dégoûts!

On a parcouru tant d’hivers                                   On aura connu la faim

La vie, quelle merveille!                                              La vie, un croc de loup!

                             ¯                                                                                              ¯

On se fabrique une vie                                             On se fabrique une vie 

Tenter de faire quelque chose                               Tenter d’comprendre les choses

On se choisit des amis                                               On veut la mémoire et l’oubli

Et on leur offre des roses                                         Les épines et les roses

On se construit une image                                        On se forge un caractère

Sans comprendre les choses                                  On a envie d’autre chose

Se faire dorer sur les plages                                   Qu’une suite de misères

Mais c’est pas là qu’poussent les roses              On veut des jardins de roses

 

On a fabriqué des planètes                                  On a fabriqué des planètes

Des petites boules transparentes                      Des boules de papier mâché

On était un peu esthètes                                       On a détruit l’obsolète

On a refait le BIG-BANG                               Et on s’est mis à rêver

On a fabriqué des saisons                                     On a cassé des allumettes

Des drames dans les salons                                   Recréé l’éternité

On a mixé Green et Breton                                 On a mené des enquêtes

Avec Lautréamont                                                    Dans la cour, dans le quartier

                         ¯                                                                                        ¯

On a fabriqué des planètes                                    On a bâti des horizons

Et des plans sur les comètes                                 Des empires de chimères

On a fait taire les hypocrites                                On a recollé les troncs

Rendu Sisyphe à son mythe                                 Détruits pendant la guerre

On en a construit des briques                               On a esquissé des pirouettes

Les 6 pieds sous l’asphalte                                     Des immeubles en ébène

C’est du confort métallique                                    On a visité les States

La vie, qu’elle nous exalte!                                        La vie, la putain d’aubaine!

                           ¯                                                                                      ¯

On se fabrique une vie                                              On se fabrique une vie

Tenter d’comprendre quelque chose                  Tenter de comprendre les choses

Au sens que requiert l’ennui                                    On croise un ange la nuit

Quand  fanées sont les roses                                 On lui offre une rose

On se construit des idées                                        On fait appel à la science

Pour comprendre les choses                                    Pour comprendre les choses

Mais à qui sont destinées                                          Mais toujours aucun sens

Les dernières roses?                                                   Et nos âmes s’ankylosent

 A qui… sont dest… inées                                           Et toujours aucun sens  

Les dernières roses?                                                   Mon esprit, faut qu’il ose!

 

 

~~~~~~~~~~~~ 

 

 

AMHERST

 

Monacale, à la fragilité

De l’être-au-monde

Comme la recluse d’Amherst

La Tombe est l’unique trompette

Les trompettes de la mort

L’évaporation de l’or

Et des fruits… et des fruits pourris

Et des fruits… et des fruits pourris

 

Et l’infini… l’infinité finie

Et l’intime… et l’intimité polaire

Et l’infirmité d’un homme endormi

Dont l’âme est sous les neiges d’hiver

 

Mortifère, à l’éternité

L’être hors du monde

Comme la divine Emily

La vie est ma mélancolie

Mélancolie des désirs

Préserver sa pudeur

Et des pommes… empoisonnées

Et des pommes… et tomber dans les pommes

 

Et l’infinité… l’infini fini

Et l’univers… et l’univers, les années-lumière

Et l’invisibilité de l’esprit

Et de façon temporaire

Demeurer permanent

Demeurer permanent

Demeurer permanent.

~~~~~~~~~~~~ 

 

UN SERPENT SOUS LA PEAU

 

Les nerfs, les os qui me tiraillent

Perdre les os sous la peau

Viens qu’je t’attrape, Canaille!

Dans une bouteille et à l’eau!

 

Un serpent sous la peau

Qui ondule entre mes veines

J’ai le froid dans le dos

Et moi, j’ai le cœur qui saigne

 

L’épiderme et la chair qu’il me cisaille

De son venin qui coule en moi

Vas-y, crache-la, ta piaille!

Si je meurs, tu meurs avec moi!

 

Un serpent sous la peau

Qui rampe entre mes organes

Me caresse les boyaux

Mon corps n’est plus qu’amalgame

 

Un serpent sous la peau

Qui enlace mes mœlles

Et va jusqu’au cerveau

Pour atteindre le ciel…

 

Un serpent sous la peau

Qui me donne froid dans le dos

Enroule mes neurones

Empoisonne mon cerveau

 

Garde-la pour toi, ta piaille!              

Canaille!

 

~~~~~~~~~~~~~

 

 

POURQUOI CE SOIR…

 

 

Les lumières de la nuit

Des réverbères de la ville

Des tours et des foyers aussi

Et les étoiles qui scintillent

 

Pourquoi ce soir, rien n’est pareil

J’ai pas encore trouvé l’sommeil

Et y’a même plus de soleil

Pourquoi ce soir, les bruits sont différents

C’est à la mer que fait penser le vent

Et les oiseaux sont partis au couchant

Et les étoiles sont plus hautes que d’habitude

Et les étoiles sont plus hautes que d’habitude

 

L’obscurité de mon  âme

Qu’éclairent les lumières de nuit

Les tours et les milliers de femmes

Et les étoiles aussi

 

Pourquoi ce soir, rien n’est pareil

Juste avant de trouver l’sommeil

Je voudrais voir la Merveille

Pourquoi ce soir, ces sons tenaces résonnent

Et dans le fond, un enfant qui chantonne

Pourquoi ce soir, ça m’empoisonne

Et les étoiles sont plus hautes que d’habitude

Et les étoiles sont plus hautes que d’habitude.

 

~~~~~~~~~~~~~~~

 

TRAGEDIE DES ENVIES

 

Comme je l’envie!                      Comme je l’envie!

Celui qui sera dans tes bras                                 Celui qui m’inspire la colère!

Entre tes jambes                                                       Celui en toi

Contre ton corps                                                              Celui-là même

Sous tes soupirs                                                      Qui te respire

Comme je voudrais être à sa place!             Qui va à la chasse perd sa place!

A tes côtés                                                                  Je suis damné

Après l’effort                                        Celui qui t’aime

Après la vie                   Est un maudit

 

Après le bûcher des Jalousies                                 Après le bûcher des Jalousies

Vient la tragédie des envies…                                 Vient la tragédie des envies…

 

Comme je l’envie!                                                  Comme je l’envie!

Celui qui sera en toi                                                     Celui qui te fait quitter terre

Celui qui bande                                                    Et au-delà

Face à ton corps                          C’est un blasphème

A tes désirs                                                                    A mes désirs

Comme je voudrais qu’il se casse!                        Qu’il disparaisse sans laisser de traces!

Et tes baisers                                              Et l’oublier

Comment sont-ils?                                                  Faire que tu m’aimes

Je voudrais tant visiter ton île!                                                                   Viens visiter mon paradis!

 

Après le bûcher des Jalousies                                         Oh! Le bûcher des Jalousies

Vient la tragédie des envies…                                                        Attise la tragédie

                  Tragédie des envies.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

SORTIR D’ICI

 

A choisir                                                           A choisir

Entre une cage dorée                                                 Entre les bavardages

Et un ailleurs imaginé                                         Et le silence après l’orage

Un plaisir                                 Un désir

Satisfaire la pulsion                                           De samedi soir, une envie creuse

Ou une vraie sensation…                                            Ou une soirée veuve joyeuse

 

A choisir                         A choisir

Entre le premier degré                                    Entre la femme de ma vie

Et la chaleur des idées                                                 Et un ange qui passe la nuit

A vrai dire                                        C’est-à-dire:

Entre cette réalité                                                             Débauche bureaucratisée

Et celle qui est cachée…                                         Ou amour démocratisé

 

Je choisis bien sûr                                Je choisis bien sûr

La deuxième solution                                       La deuxième solution

Pour sortir d’ici                                                              Pour sortir d’ici

Et parcourir les monts                                         Et découvrir les fonds

Sortir d’ici                                                            Sortir d’ici

Rencontrer l’existence                                                 Appel à l’existence

Qui nous rassure                                         Qui nous rassure

Et qui nous laisse en transe                                            Nous aime en abondance

 

A choisir 

Entre l’effet de serre

Et le Levant du désert

Ou au pire

Entre adhérer au système

Ou provoquer l’anathème

 

J’opterais plutôt

Pour la seconde option

Loin du chaos

En sortir pour de bon.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~

 

ON PARLE DE MOI

 

On parle de moi                                       On parle de moi

On parle de moi, là…                                    On parle de moi, là…

On parle de moi                                         On parle de moi

On parle de qui? De toi?                                          Moi, je ne parle pas de moi!

 

Nuit, somnolences                                            Rêves, insomnies

Ah, quand j’y pense                                                     Moitiés de nuit

J’ai…                                                          C’est…

Les oreilles qui sifflent                                           Comme un coup de griffe

Mais…                                                            J’ai… 

Qui donc me renifle?                                        Les oreilles qui sifflent!

 

Y’a de la graine                                                 Y’a de la graine

De vermine                                                       De vermine

Pas loin d’la haine                                                      Pas si lointaine

Et qui pourrit ma terre                                                Et qui me fait taire

Y’a de la graine                                                Y’a de la graine

Qui pourrit ma terre                                                    Qui se déterre

Qui me malmène                                                  Y’a des larsens

Comme un souvenir de comptine                          Sur des voix grasses et assassines

 

On parle de moi, là

On parle de moi… ah?

On parle de moi?

Moi, je ne parle pas de toi!

 

 

 

~~~~~~~~~~~~~

 

 

A L’OMBRE D’UN OLIVIER

 

Au détour d’une paix                                        Au détour d’un repos

D’une sérénité                                                 D’une fleur de tableau

Le bien-être à mes pieds                                   Dans le cœur, un joyau

A l’ombre d’un olivier                                                       A l’ombre de mes défauts

 

Une colombe                                      Une coccinelle

Sur mon épaule                                                    Sur ma main

Oui, mais des tombes                                                      Sur l’autre, l’intemporel

Sur l’autre pôle                                                               De mon chagrin

 

Mais ici, c’est la paix                                   Mais ici, c’est la paix

Ici, le bon gré                                             Ici, l’azuré

Le bon grain cultivé                                       L’azur effréné

A l’ombre d’un olivier                                                            A l’ombre d’un olivier

 

Une idée rose                           Une bonne humeur

Dans mon esprit                                             Au fond d’mon coeur

Sans le morose                                     Sans impudeur

Sans le souci                                                              A la bonne heure

 

 

A l’ombre d’un olivier

Le printemps m’a donné

Du bon temps pour aimer

A l’ombre d’un olivier

Le bon temps m’a donné

Des printemps pour aimer

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

EPITOF’

 

Encore une apostrophe

Ça, c’est une catastrophe

Un cocktail molotof’

Et comme il pleure, et Tof’… comme il pleure!

 

Les souvenirs d’un prof

Qui nous citait des strophes

C’était un philosophe

Et comme il pense, et Tof’… comme il pense!

 

Un sujet limite-off

Limite à l’apostrophe

Il en avait du coffre

Et il chantonne, et Tof’… il chantonne!

 

Les yeux d’Anton Tchekhov

Fixés comme des girofles

C’était un philosophe

De la musique, et Tof’… se laisse aller!

 

Et comme il pleure…

Et comme il pense…

Et il chantonne, et Tof’…

A l’eau salée…

Et comme il pleure…

Et comme il pense…

Et il chantonne, et Tof’…

Se laisse aller.

 

 

 

Paroles: Christophe ToF' M.

©2008 - EnfantdeNovembre

 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents