Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Enfant de Novembre

Enfant de Novembre

Bienvenue sur le blog de ToF', une escale dans sa balade labyrinthique.


INFANS (album 4)

Visuel-de-INFANS--4eme-album-.jpg

 

1 Infans

2 L’enfant déçu

3 Derrière les lèvres

4 Apsara

5Mille autres

6 Voir sa mère pleurer

7 Après Alcide

8 Revenir à moi

9 Les heures

10 Merde Infans

 

 

 

 

 

 

 

« Mon rêve serait 

de faire parler

l‘ Infans . »

J.B. Pontalis,

L’amour des commencements

 

 

 

 

 

 

 

 

Apsara

 

Divinité mineure

Mais  majeure dans mon cœur

Un artiste, un danseur

Je sais que j’ai ma sœur

Mais j’ai un frère intérieur

Comme un for qui demeure

 

Pas hindou

Mais si doux

Un désir en mes songes

Qui s’allonge

Oh lueur des Marmaras

Mon Apsara, mon Apsara

 

Humanité des terres

Teintée d’or, de tes mystères

Petit frère, un alter

Passant, plume légère

Mais fi des éphémères

Je respire de ton air

 

Paradis

Du lundi

De tes ondes, en mon âme

Qui s’enflamme

Oh lueur des Samsaras

Mon Apsara, mon Apsara

Mon ami, mon Yama

Mon Apsara… mon Apsara.

 

 

Mille autres

 

Mon être aux 1000 visages

De personne ne dépendre

Des points fixes me déprendre

 

Pays aux 1000 mirages

D’aucun lieu ne m’aura

Point d’attache il n’y a

 

Le Je, c’est l’un et l’autre Mon être aux 1000 ombrages

On est fait de mille autres D’être ici et ailleurs

Esquissé par Dürer

Mon âme aux 1000 nuances

D’obsessions qui m’attristent Des mondes à 1000 étages

D’idée fixe il n’existe Dedans, dehors à la fois

En soi et hors de soi

Balade aux 1000 errances

D’un moi qu’on terrorise                   Le Je, c’est l’un et l’autre

Puis qu’on psychanalyse                 On est fait de mille autres

 

Le Je, c’est l’un et l’autre Ma vie aux 1000 enfances

On est fait de mille autres Bon alors, qui se lance

Pour faire parler l’Infans?

 

Ballade aux 1000 résonances

D’entre les « rémi naissances »

Trouver ou non un sens

 

     Le Je, c’est l’un et l’autre

                                                                                                         On est fait de mille autres.

 

 

 

Après Alcide

 

Après Alcide                  Après Alcide

Il y aura quoi?               Il y aura quoi?

Après Alcide    Un long suicide

Il y aura quoi       Un reste de joie?

Les idées noires, le vide?                     Des idées noires, le vide?

Un monde froid?              Pourquoi penser à ça?

                    ¯

Et moi, je le ressens déjà                             Mais moi je le ressens trop fort

Le vide                Ce vide

Après l’acide                                                      Après l’acide

Et toi, tu ne penses pas à tout ça                     Et toi, tandis que je suis mort

La vie                                       Tu cries

Est ton amie                    Au nom d’la Vie!

     ¯

Après Alcide                   Après Alcide

Plus qu’une voie…                     Il y aura quoi?

Après Alcide                                 La chrysalide

Un reste de voix                             Mène sa vie

Comme un astéroïde         Tandis que moi…

Un astre d’autrefois…   Que moi…

     ¯ … je pense à lui.

Et moi, je le ressens toujours

Le vide

Après l’acide

Tu sais comme le temps est court

Ma vie

Est lucilie…

 

 

 

Revenir à moi

 

C’est une lettre C’est une image

Qui n’est jamais arrivée Aux couleurs diluées

Par la fenêtre Comme un mirage

Les cris d’enfants me sont familiers Teinté d’un reste de réalité

 

C’est une nuit C’est un oubli

Plus longue que l’éternité Déposé sur un plateau d’argent

L’ennui me nuit Que nul n’a mis

De ma lucidité Je le ressens pourtant

 

C’est une larme C’est un sourire

Voyageant sur ma joue pâle Qu’offrait cet enfant de la Vie

Jetant un charme Puis un soupir

M’offrant un léger hâle Pour dire qu’il était son ami

 

C’est un poème C’est un affront

Amputé du dernier vers Ce Temps qui veut nous voir mourir

Un requiem Je lui dis Non:

Résonne encore sous la mer   J’arrêterai de grandir

 

Revenir à moi

À celui que je suis

À celui d’autrefois

À celui d’ aujourd’hui

 

Revenir à moi

À celui que je fuis

À cet être de Joie

Qui constituait ma vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents