Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Enfant de Novembre

Enfant de Novembre

Bienvenue sur le blog de ToF', une escale dans sa balade labyrinthique.


COMA DES LYS (album 6)

Visuel-Coma-des-lys.jpg

 

 

            1* Les petits oiseaux

 

            2* BEAT bang

 

                        3* Le juste milieu

 

             4* L’ombre du vent

 

     5* SOUS CAMISOLE

 

6* PERCHé LÀ-HAUT 

 

               7* Comme Alice

 

 8* L’effet libellule      9* 2999            10* CIRCONFLEX                

 

                    11* PRISONNIER DES GLACES

                    12* Lune et l’autre

 

 

 

 Les petits oiseaux

 

Les petits oiseaux

Nagent dans l’eau

Car il fait chaud

 

Et puis les poissons

Qui font des bonds

Fous pour de bon

 

Les petits enfants

Qui font leurs os

Sont des oiseaux

 

Et qui sont pris dans

Le tourbillon

D’une équation

 

Les petits oiseaux

Qui chantent au matin

Me ramènent à l’aube

De mes souvenirs d’enfance

Les petits oiseaux

Veillent sur les humains

Ceux qui font l’aumône

Et ceux de l’exubérance

 

Les petits oiseaux

Font vibrer l’eau 

L’eau des ruisseaux

 

Ils vont à-vau-l’eau

Depuis l’berceau

Jusqu’au tombeau

 

Les petits oiseaux

De si bon matin

Fragilisent ma

Capacité de résilience

Je les vois corbeaux

Et planant sans fin

Comme un au-delà

Et ce sans condescendance

 

 

 

BEAT-BANG

      dé régénération

Déstructuration

Hallucination totale!

 

L’idéal

 

Le beat est bon… le beat est bon…

Oui c’est vrai…

Le beat est bon, oui c’est vrai

Le beat est bon, le beat est bon…

 

Faut qu’on s’bouge! Faut qu’ça pète!

Éveillons-nous

 

Des révélations

Des révolutions

Dans les têtes

Faut qu’ça pète!

 

Le beat est bon, le beat est bon

Le beat est bon, oui c’est vrai…

Le beat est bon, le beat est bon

Le beat est bon…

 

Faut qu’on s’casse! Faut qu’ça pète!

Réveillons-nous!

 

Révolutions

Dans nos têtes

Faut qu’ça pète!

Faut qu’ça craque!

Oh oui… fais tourner…

Fais tourner l’idée

Dans ma tête

 

Le beat est bon, le beat est bon…

Oui c’est vrai: Le beat est bon…

 

 

Le juste milieu

 

Pas trop chaud

Pas trop froid

Juste ce qu’il me faut

Juste ce qui me va

 

Pas trop haut

Pas trop bas

Pour pas r’fouler les maux

Pour pas r’sentir l’effroi

 

Trouver le juste

Le juste milieu

Ça fait des lustres

Qu’on a pas trouvé mieux

Trouver le juste 

Le juste milieu

Le plus grand luxe

Qu’on recherche des yeux

 

Pas trop sot

Pas trop las

Plutôt qu’un mot:

Se taire cette fois

 

Pas trop tôt!

Pas trop tard

Juste à l’heure qu’il faut:

La dernière heure du soir

 

Trouver le juste 

Le juste milieu

Ça fait des lustres

Qu’on a pas trouvé mieux…

 

Un point d’équilibre

Trouver cet équilibre

Des équilibres…

 

Trouver le juste 

Le juste milieu

Le plus grand luxe

Qu’on recherche des yeux…

 

 

 

L’ombre du vent

 

Je l’entends

Mon âme d’enfant

Elle me pousse en avant

En tournoyant…

Danse des sens aimants

Aux sons des flûtes de pan…

 

Je suis

L’ommmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmbre du vent

L’ommmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmbre du vent, l’ommmmmmmmmbre du vent…

Je suis

L’ommmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmbre du vent

L’ommmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmbre du vent, l’ommmmmmmmmbre du vent…

 

C’est mon sang

Je sais, j’ai 10 ans

J’ai brûlé mes romans

Au goût d’antan…

Et c’est incessamment

J’invente des nouveaux chants…

 

Je suis

L’ommmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmbre du vent

L’ommmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmbre du vent, l’ommmmmmmmmbre  du vent…

Je suis

L’ommmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmbre du vent

L’ommmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmbre du vent, l’ommmmmmmmmbre du vent…

 

 

Tu sais…

Je suis l’ommmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmbre du vent, l’ombre du vent

L’ommmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmbre du vent…

 

 

 

 

 

 

 

 

SOUS CAMISOLE

 

Sous camisole

Et bras liés

J’perds pieds…

Malin je ris

Ma came:

Ma camisole sexy

 

Sous camisole

Dégénéré

À lier…

Neuroleptique

INFÂME!

La camisole chimique

 

Sous camisole

j’ai tombé mon jupon bleu

L’époque est folle

On veut nous rendre pieux

Faut pas qu’j’m’affole

Dans mon pieu, j’fais l’amoureux

 

Sous camisole

Celle que cherche « The Jacket »

Si je m’immole

C’est à ton corps qui m’entête

1000 paroles

Se bousculent dans ma tête

 

Sous cam’  j’ m’ isole

Pour de l’idée,

Vidé…

Comme un poison-

Venin: 

Ma camisole à sons

 

Sous camisole

« Le crucifié »

Signer…

Sexualéptique 

En reins!

Ta camisole m’implique

 

Sous camisole…

 

 

 

 

PERCHé LÀ-HAUT 

 

 

Perché là-haut

Caché au fond d’mes thébaïdes  

J’entends l ‘écho

Des chrysalides au bord du vide

 

Perché là-haut

En suspens dans le temps du temps

Avant le saut

Que je ferai en tournoyant

 

Les pieds sur terre

Et la tête dans les étoiles

Cette hémisphère

Est la dentelle d’une entretoile

 

Les pieds sur terre

Et la tête dans les nuages

Cette atmosphère

A changé de mirage

 

Perché là-haut

Là sans totem et sans tabou

Je gicle un mot

Jusqu’à le traîner dans la boue

 

Perché là-haut

J’attends le retour du printemps

J’me jette à l’eau

L’éternité c’est le présent

 

Les pieds sur terre

Et la tête dans les étoiles

Mon hémisphère

Gauche aurait pris les voiles

 

Les pieds sur terre

Et la tête dans les nuages

Ombre et lumière

Entre les anges et l’orage.

 

 

 

COMME ALICE


Je glisse qui comme Ulysse

Prémisses à la « métis »

Calice en Narcisse

Et abominatrice

Ô Alice! Lys de mes esquisses!

Sois libératrice!

 

Sensible à la guerre des Trois

Et survolté est l’émoi

Survoltés, elle et moi…

 

J’communie dans l’exil 

comme Ulysse

Je baume mon nombril 

comme Narcisse

Et je pleure comme Alice…

Coma des lys

J’communie sur mon île

À l’eau, dis, c’est

Une goutte à mon nombril

D’anté-Narcisse

J’me rebelle comme Alice…

Comme un délice

 

Je hisse qui comme Ulysse

Propice à l’améthyste

Puisse y seoir Narcisse

D’humeur dominatrice

Et Alice? Ô Lys de ma lice!

Sois émulatrice!

 

Témoin de la guerre des Trois

Moi entre l’aile et le moi

Entre elle et moi…

 

J’communie dans l’exil

Comme Ulysse

Je caresse mon nombril

Comme Narcisse

Et je pleure comme Alice…

Coma des lys

J’communie, versatile

et l’eau, dis, c’est

Cette goutte dans mon nombril

D’anté-narcisse

J’me rebelle comme Alice…

Comme un délice

 

Prémisses à la « métis » / Propice à l’améthyste / Ô mon Alice! / Sois libératrice!

 

 

 

L’EFFET LIBELLULE

(en duo)

 

Innocence éphémère

Une fée, FIGURINE… s’en est allée

Si nos sens en enfer

Une fée, Mélusine… peut nous sauver

 

Et je deviendrai

Une libellule… à l’éternité

Et je m’envolerai

Perçant la bulle… fée de liberté

 

Fée Azur ou Fée Crysta

Fée des Lilas

Fée Clochette ou Fée Morgane

Fée Viviane

Fée Pâquerette, effet d’aura

Dame Flora

Libres d’user… de leurs ailes

Libres d’user… de leurs ailes

 

Innocence si précieuse

Une fée, maternelle… pour vous aimer

Si nos sangs- silencieuses

Les fées- sont nos ailes… pour s’élever

 

Alors je deviendrai

Une libellule… toujours à planer

Et je m’envolerai

Je déambule… au fil des années

 

Je m’envolerai…

Une libellule… toujours à planer…

Je sentirai l’effet

D’une libellule… Quand brillent les fées…

 

Une libellule…

 

 

 

 

 

 

 

 

2999

 

Il n’y a plus de lumière

Alors… que faire?

Il n’y a plus de mystère

Alors… que faire?

 

Il n’y a pas de vie sur Terre

Il n’y a plus de vie sur Terre

Nous sommes en…

 

2999

Rien de neuf

À l’horizon

2999

Sortir de l’œuf

De ce cocon

 

Il n’y a plus de passion

Alors… que faire?

Il n’y a plus de saisons

Alors… c’est ça l’enfer…

 

Il n’y a pas de sens à vivre

Il n’y a plus de sens à vivre

Nous sommes en…

 

2999

Rien de neuf

À l’horizon

2999

Sortir de l’œuf

De ce cocon

 

Il n’ y a plus d’univers

Que faire?

Où va la Terre?

Envoie-moi taire!!!

 

Nous sommes en 2999

Rien de neuf…

2999

Réparer l’œuf…

 

 

 

CIRCONFLEX

 

Je veux crever…

Je veux crever l’abcès

Faire craquer l’angoisse

Ex… tirper le stress

De mon mental

 

Je veux capter…

Je veux capter l’attrait

Et traquer mes spasmes

Ex… sanguer -ça presse!-

Tout idéal

 

Je suis d’ex… cellente humeur

Mes larmes ex… quises sont de l’or

Je suis d’ex… trêmeimpudeur 

Mon corps, t’ex… ploses en plein vol

Et dans l’inex… orable j’erre

Mon circonflexe… est un mystère

 

Je vais crever…

Je vais crever la balle

Faire changer l’adresse

Ex… ulté l’espace

Et nul regret

 

Je vais capter…

Capturer les dédales

Troquer mes caresses

Ex… cité d’audace

À tout jamais

 

Perplexe… et lent, tu meurs

D’angoisse ex… plicite et folle

Ambidexe … tel est mon cœur

Mon cortex… là qui s’affole

Alors dans l’ex… tase, j’erre

Mon circonflexe… est éphémère

 

Extirper le stress

Exsanguer -ça presse!

Exulté l’espace

Excité d’audace

 

 

 

PRISONNIER DES Glaces

 

                                                          Je sais                                                                 

Je sais mes silences

Le néant des sons, je sais

C’est pour

Combler une absence

Se souvenir des contours

Je pense

Les vieux pas de danse

N’ont plus aucune élégance

Automne

Triste circonstance

Quand tonne le monotone

Je sais

Je sais les offenses

Faites à mon enfance

 

Prisonnier des glaces

Des glaces de Novembre

Si j’ai sauvé la fasce

Pourtant, je tremble…

 

Prisonnier hélas

Des glaces de Novembre

Fragile carapace

Et fondre l’ambre…

 

Je sais

Je sais mes errances

Le néant des songes, c’est

L’hiver

Un coma des sens

Comme descendre aux enfers

J’me lance

Comme une transe en danse

Et m’imposant mes démences

J’m’étonne

Changer l’éloquence

En l’instant, je m’abandonne

Je sais

Je sais l’éminence

Des réminiscences  

 

 

 

LUNE ET L’AUTRE

 

 

(bientôt)    

 

 

 

 

PAROLES: CHRISTOPHE TOF' M.

 

©2008 - EnfantdeNovembre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents