Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Enfant de Novembre

Enfant de Novembre

Bienvenue sur le blog de ToF', une escale dans sa balade labyrinthique.


Verre d'onirisme

Publié par EnfantdeNovembre sur 18 Février 2010, 23:22pm

Catégories : #Brèves de Tof'

Ecrit par Maria-Maddalena Ivaldi & ToF'


Un verre d'onirisme frappé avec un soupçon de songe mal luné, dilué d'étoiles liquéfiées et agrémenté d'une feuille de Narcisse se contemplant dans le reflet du breuvage, se reposait sur des vapeurs nuageuses en attendant qu'on l'agrippe.

Rien autour ne venait prêter attention à la profondeur insolite de son état. C'était un verre fêlé, parfois rempli de solitude, un verre éperdu d'une transparence lunaire; comme un point d'ombre dont les fêlures pourtant semblaient laisser s'échapper une lumière intense, si intense qu'on ne la voyait plus à l'oeil nu.

Un verre qui a connu toutes les bouches, toutes les salives.
Le verre à thé, le vers des ivres...

Et ce verre, perdu sur ses nuages, regardait d'un regard translucide les galets que faisaient rouler l'océan. Comme apéritif, il prenait parfois de la pluie au creux de son corps rigide. Il y goûtait toute la mélancolie de la mer absente. Sans repère non plus, il se situait comme hors des points cardinaux...

C'était un verre à l'envers, en équilibre entre deux mondes, une sorte de miroir où sommeillent les pensées interdites. Toute l'écume de la mer s'acheminait mystérieusement vers lui, par ondulations successives. Les ombres pouvaient descendre.

Étaient-ce ces ombres qui rendaient le songe aussi amer qu'un exil ?
Étaient-ce ces ombres qui faisaient de la Lune un accroc dans le ciel ?

Nul ne saurait le dire...

Pauvre verre fêlé qui se balance du soir au matin dans des vertiges intemporels; qui voudrait décrocher les étoiles, et souffler cette lune dans un grenier suspendu entre hier et demain. Ce petit verre fragile que rien n'étreint, si seul au petit matin, et qui voudrait pouvoir de nouveau goûter à toutes les bouches, à toutes les salives, et y attraper des souvenirs.

Ce pauvre petit verre, je l'ai pris contre mes lèvres. Transperçant les nuages et les ombres pour le sauver de son Néant nocturne, de sa solitude murmurante, je me suis mis à vouloir boire la pluie qui s'y déposait. Alors, j'y ai goûté l'acide mélancolie, et j'ai fait la grimace...

Un goût de breuvage salé, où seraient morts à l'intérieur tous les espoirs hypnotiques, brûla ma gorge et me fit tousser !
Puis, un goût de cépage allé, où serrait fort mais en douceur tout l'illusoire ictérique, distilla l'orge et me fit, cette fois, cracher.

J'ai reposé le verre sur son lit nuageux, et je me suis rendu compte que j'étais déjà ivre. Le goût d'amertume se dissipa, laissant place à une euphorie larmoyante !
Et agrippé(e) sur mon lit, comme sur un radeau, je ris aux éclats du verre qui vient de se briser net.



... Dans l'éclat, un peu de ma lèvre inférieure s'était mise à saigner.



J'essuie le mince filet de sang et me tourne dans tous les sens.

Je viens d'exploser ce pauvre verre empli d'onirisme, et voilà que se présente devant moi un verre noir, genre onirisme cauchemar ! Il me prend un fou rire en songeant que celui-ci peut-être empli d'une dizaines de cafards grouillants !
Le rire vire au jaune quand je les imagine trottinant sur ma bedaine.
Et au noir comme le verre quand je songe à leur prolifération incontrôlable.

J'ai le cafard pluriel, et je jongle chaque fois avec toutes ses formes pour ne pas les laisser tomber et risquer, par mégarde, de les écraser...

Car le cafard se démultiplie facilement, et de mes ailes de coccinelle, je pourrais retomber dans le verre à moitié-plein, et m'y noyer..!


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie 19/02/2010 17:17


Un vers pour se verser entre les lignes comme pour imaginer un cygne voguant sur de l'eau plate aux coups leurres disparates ...
Le cafard se niche dans d'innombrables tiroirs , seule la coccinelle a la clef ... J'ai trouvé son secret ... Il suffit de compter les ronds noir pour y retrouver l'espoir ... :)
Un magnifique texte à deux mains  pour des beaux demains... :o)

Douce fin de journée ...


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents