Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Enfant de Novembre

Enfant de Novembre

Bienvenue sur le blog de ToF', une escale dans sa balade labyrinthique.


Les rhinoféroces

Publié par EnfantdeNovembre sur 1 Novembre 2009, 18:08pm

Catégories : #Rêves

Tentative d'écriture d'un rêve
2007


Je marche, enfant, entre mon père et ma mère. Nous avançons sur cette petite route de campagne qui mène à la maison, où vivait "la grand-mère", comme on l'appelle.
Une ferme. Mes parents doivent la visiter. Mais, à part les animaux de circonstance, il n'y a personne pour nous accueillir. Nous entrons, nous explorons, mes parents avec recul, moi avec entrain.
Soudain, des rhinocéros. Pleins de petits rhinocéros de la taille de petits cochons noirs, se mettent à envahir la ferme, puis nous poursuivent. Nous voyons les bêtes se diriger vers nous à vive allure. Nous prenons un vieil escalier en bois, montons à l'étage. C'est un long couloir que nous longeons, comme un balcon délimité par un mur à droite, une barrière à gauche, et d'où nous avons vue sur le rez-de-chaussée. Les rhinocéros parviennent à se frayer jusqu'à l'étage, et la distance qui les sépare de nous se réduit dangereusement. Mes parents ont réussi à s'échapper par une porte secrète. Je suis seul, j'atteins le bout du couloir.
Une fenêtre. Une fenêtre condamnée, à travers laquelle je vois, de mes yeux pleins de larmes, mes parents s'éloigner, pris par la peur. Les rhinocéros courent en ma direction. Plus rien à faire, je me vois déjà transpercé par leurs cornes. Mais sous la fenêtre, sur ce vieux mur de pierre recouvert de poussières, des mots semblent être gravés. Je frotte de ma main le mur très froid, et, alors que les rhinocéros courent toujours vers moi, si vite qu'ils paraissent faire du sur-place, comme dans un temps suspendu, je peux lire alors: "Nerval", puis en-dessous "Baudelaire-Les fleurs du mal".


Je m'éveille soudain, mon rêve est fini, et ma nuit de novembre 2007 aussi. Je continue de tenter de décrypter ce que ce rêve continue de me provoquer, en sensations, en mises en questions. Je suis en sursis: les rhinoféroces, peut-être, sont toujours en mouvement, prêts à me transpercer de leurs cornes.

Commenter cet article

Le Fil Celeste 15/01/2010 21:14



j'aime beaucoup les récits de rêves.... celui ci me plait... On peut lire tant entre les lignesà l'infini...Il y a un mélange entre le voyage de chihiro et une histoire qui m'est vraiment
arrivée dans la forêt! C'est plein de peurs enfantines aux portesinquiétantes du monde adulte... Je t'embrasse



EnfantdeNovembre 21/01/2010 15:29


Je suis toujours partagé, dans les récits de rêves, entre la crainte de les travestir par le langage, les mots, et celle de les dénaturer... Il y en a qui ont fait de leurs rêves une parole
poétique, touchant au plus près de nous... (je pense à Yves Bonnefoy) Merci Le Fil


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents