Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Enfant de Novembre

Enfant de Novembre

Bienvenue sur le blog de ToF', une escale dans sa balade labyrinthique.


Le Grand Plume (3)

Publié par EnfantdeNovembre sur 27 Février 2011, 16:32pm

Catégories : #Trucs longs

Deux hommes de sécurité vinrent en aide à la poétesse, que chacun crut, sur le moment, blessée du plus profond de son âme. Mais Maria s’engouffra dans le palace, sourire en coin: la triple chute faisait partie de son plan, et à défaut de remporter le prix de poésie, elle espérait récolter au moins les viseurs des caméras en annonçant faussement ensuite qu'elle se serait cassée l'orteil. Elle secoua son petit sac à motifs de chrysanthèmes, comme on agite un plumeau, avant d’apparaître dans l’immense salle où la cérémonie était sur le point de commencer.

Sacamot, qui avait disparu de la scène, jeta un coup d’œil vers la salle, éclatante des mille couleurs des tenues de soirée. Tandis que Cally et Lamusegirl observèrent Maria se frayer difficilement un chemin vers sa place, à l’arrière des paillettes, Eifeilo patientait en regardant le programme des nominations.

- Hey, Blab’, t’as vu ça? Nonne et Catin est nominée en « Poésies »… je me demande bien qui ça peut être… je suspecte toutes les femmes que je connais pas d’être ou nonnes ou catins, mais je n’en vois pas une qui fasse les deux…
- Lubrique et religieuse à la fois, ça se voit pas forcément du premier coup d’œil, répondit Blab’ qui aimait à se caresser entre l’index et le pouce sa barbe renaissante.

Lamusegirl reçut un texto de l’ami Bill: « Regardez discrètement vers l’accès à l’entrée des artistes… » Elle s’exécuta et découvrit avec un sourire difficile à cacher son vieux complice William, vêtu de son plus beau costume, et entouré de deux charmantes lolitas, coupe de champagne à la main. Il avait manifestement décidé de passer la soirée du côté du bar, et prévit d’improviser en cas de prix.

Les derniers invités prestigieux arrivèrent, dont les sublimes Aziyadé et Le Fil Céleste, auréolées de beauté naturelle. Un papy dans la foule extérieure s’excita et hurla autant que faire se put pour attirer vers lui l’œil de l’auteure de « Sidi Ifni », laquelle tenait discrètement une fin de clope destinée à ravaler les larmes d’émotion qui pourraient venir subitement.

- Madame Aziyadé! Madame Aziyadé! Un autographe, s’il vous plaît!

L’auteure le remarqua, jeta la clope, fit signe au Fil de l’attendre, et exauça le vœu du monsieur, lequel lui offrit ses plus belles louanges amoureuses. Sensible à la beauté de l’homme, elle accompagna son autographe d’une bise sensuelle qu’il n’était pas prêt d’oublier. Le Fil, vêtue d’une légère robe à fils violets, monta aisément les marches aux bras de son amie d’enfance, avant de rejoindre leurs amis à l’intérieur. Tous étaient émus de se retrouver ici; cependant Picoti fit remarquer qu’ils n’avaient toujours aucune nouvelle de Slévich, et que Tof’ n’était toujours pas arrivé.

- Ah pour Tof’, je crois que c’est normal…, précisa Le Fil. Il m’a prévenue ce matin qu’il comptait venir dans son plus beau masque de diva de la cruauté!
- Qu’est-ce qu’il va nous faire comme canular encore?, questionna Cally visiblement amusée des idées cachées de son complice d’Oeuf.

Plus loin derrière, Maria était en discussion passionnée avec Diane, venue discrètement pour sa nomination dans la catégorie « Chansons ». LBK jouait avec son nounours, à l’aise entre Marie-Louve et Waza qui s’amusaient à se parler via des cadavres exquis laissant sans voix les invités assis près d’eux.

La musique du jingle d’entrée retentit soudainement, faisant à chacun et chacune prendre sa pose assise la plus solennelle, ce qui ne manquait pas de faire marrer William qui amusa ses acolytes féminines:

- Bon, maint’nant, on va avoir l’droit au grand discours du patron…

Tandis que Le Fil Céleste quitta la salle pour se rendre en coulisses, Sacamot entra en scène, et demanda au public de bien vouloir faire honneur au Président de la soirée, « Monsieuuuuuuuuur… Zack Morel! »
Picot se laissa aller à sa joie en se levant, applaudissant vivement l’admin de son cœur. Derrière, Maria était plus partagée…

- Bonsoir à tous… Je ne ferai pas ce soir de grand discours, pas de grands mots et pas de chichis… Et surtout, pas de compétition: nous sommes ici pour célébrer l’écriture, célébrer les auteurs, et accessoirement leurs EGO. Je souhaite à toutes et tous une excellente soirée, et déclare la deuxième cérémonie du Grand Plume ouverte ! 

- Ça va, il nous a épargnés, murmura Bill.

Zack redisparut en coulisses, là d’où on tire les ficelles, et Sacamot annonça l’entrée en scène de « la douce, la mystérieuse la pathologique Fil Céleste pour remettre le premier prix, celui de Poésie. »

Enveloppée de ses fils fragiles, Le Fil fut ovationnée, laissant entrevoir ses courbes les plus sensuelles. Elle laissa planer un court silence, juste le temps pour le public de s’impatienter, de s’inquiéter. Puis se plaça au centre exact de la scène, et offrit au public une prestation digne de Jeanne Balibar; fredonnant une mélodie surréaliste, elle rendit hilare les trois-quarts de la salle, le quart restant étant déjà endormi ou, pire, insensible…

Sacamot s’inclina, et la pria de lancer les nominations.

- Bien mon doux Sacamot… Pour le prix de la poésie, sont nominés:

- Luna Vide, de Lamusegirl
- Variations d'une coquille, de Nonne et Catin
- Les boules d'aluminium, de Tof'
- Trafic d'affluence, de Blabaptiste
- Élévation, de Slévich

Parmi les nominés, tous étaient présents et proches dans la salle, hormis Nonne et Catin dont même aucune photo n’avait été délivrée.
Le Fil offrit un sourire malicieux au moment d’ouvrir la lettre, et ne put masquer sa surprise:

- Et le prix pour la poésie de l’année est attribué à… Nonne et Catin! Ça c’est une surprise!

La salle était sur les nerfs: où était la nominée? Eifeilo sentit le coup foireux:

- Vous voyez, c’est quand même bizarre…

Sacamot intervint pour accélérer les choses:

- Bien… Si Nonne et Catin est dans les parages, pourrait-elle venir nous dire quelques mots et chercher son Grand Plume? Non, personne? Ah si, ça y est, je vois une silhouette en coulisses avancer vers la scène, attention Mesdames et Messieurs, suspense…





C’est ici que le premier coup d’éclat de la soirée se produisit.
Tandis que Maria, dans le public, lâcha un "Soyez maudits!", une femme très mince apparut, dans une robe blanche transparente, presque sibylline. Quelle ne fut pas la surprise du public, de la déception pour certains, les hommes notamment, lorsqu’ils réalisèrent que la femme sur scène n’était autre que l’Enfant de Novembre, s’avançant d’un pas perdu, et portant autour du cou une croix à l‘envers. Tof’, sans perruque, timide et tout plat , et à qui seuls deux faux seins donnaient un peu de relief, étreignit Le Fil, décontenancée, avant de s’emparer timidement du micro. Ses amis dans la salle n’y croyaient pas leurs yeux.

- Hem… Bonsoir. Bon avant toute chose, j’aimerais demander à mes amis présents dans la salle de ne pas s’énerver, en tout cas pas tout de suite… Heu… Voilà, c’est bien Nonne et Catin qui a gagné ce prix, et si j’ai décidé de venir le chercher sous mon vrai visage, heu… c’est pour me permettre heu… de dire à toutes celles et surtout tous ceux qui ont aimé me lire, heu… la lire, eh bien qu’ils ne soient pas déçus, qu’ils n’ont aucune raison de se sentir bafoués, car je dois dire que c’est sans doute le Child que j’ai le plus aimé faire marcher, heu…, et que ces « Variations d’une coquille » ont été un plaisir insoupçonnable d’écriture… Ne trouvant pas ma voix d’accès, la nonne a été une chance pour moi… Voilà, en vous remerciant, et je profite que ce soit Le Fil qui me le délivre pour dire que je trouve anormal son absence parmi cette catégorie… Bonne soirée!

La surprise passée et digérée, plus ou moins facilement selon les plumes, Sacamot enchaîna en annonçant la catégorie « Polars ». C’est lui-même qui allait remettre le prix. C’est à ce moment-là qu'arrivèrent dans la salle Stipe et Lenilo, retardés par les embouteillages. Mais d'où se connaissaient-ils, eux deux? Ils prirent place aux côtés du noyau dur de plum’artistes. Picoti, la main sur le cellulaire, tentait nerveusement d’envoyer un message à Slévich pour lui annoncer qu’il n’avait pas le prix de poésie. Mais elle ne reçut aucun accusé de réception, et songea à prévenir les autorités pour disparition inquiétante. Les autres n’étaient pas moins inquiets, il est vrai, mais tentaient de se persuader que Slévich finirait bien par arriver.

À quelques kilomètres de là, on pouvait voir Slévich tambourinant sur une grosse porte en bois: " Laissez-moi sortir!"

Commenter cet article

Librellule à tête de chat 30/04/2011 19:45



Terribles vos histoires!


Nonne et catin, ça existe?


je vais me renseigner...


Coridalement,



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents