Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Enfant de Novembre

Enfant de Novembre

Bienvenue sur le blog de ToF', une escale dans sa balade labyrinthique.


Jacques Prévert, la pluie et le beau temps

Publié par EnfantdeNovembre sur 4 Août 2009, 00:40am

Catégories : #TOF' aime...

Je vous invite à (re)découvrir cet entretien magique de Jacques Prévert, réalisé en 1961 à son domicile.

http://archives.tsr.ch/player/personnalite-prevert

Citation
A 61 ans, Jacques Prévert ne se prend toujours pas trop au sérieux. C'est dans son appartement parisien et entouré de peintures surréalistes que le poète répond, ou plutôt ne répond pas, aux questions qu'on lui pose.

Facétieux et un brin provocateur, l'artisan, ainsi qu'il se décrit lui-même, nous parle de son plaisir d'écrire, de la beauté des êtres et de la connerie du monde. Au cours de ce quasi-monologue, Jacques Prévert dévoile l'inventivité et l'originalité de sa pensée.

Un livre pour l'été: Contes pour enfants pas sages. Recueil de poèmes publié en 1947, qui offre au poète la liberté d'exprimer sa vision du paradis terrestre.




Je ne me lasse pas, personnellement, de le voir et l'entendre. Sa manière de conter, comme cette évocation de l'usage utile de l'hôtel en début de soirée afin d'apprécier pleinement la nuit, et la contempler, est à l'image exacte de la poésie qu'il écrit.


En bonus:

* Prévert lit un poème de son recueil "Fatras" :
http://www.liberation.fr/livres/0101165830-l-album-des-ecrivains-jacques-prevert

* Le temps de lire:
http://www.ina.fr/art-et-culture/litterature/video/CPF93002986/jacques-prevert.fr.html

Citation
JACQUES PREVERT a 71 ans lors de cet entretien avec Pierre Dumayet. Il a réalisé un livre de "collages" édité dans la collection "Les sentiers de la création" chez Skira. A cette occasion, il donne sa version de la notion de création, parle de son enfance, du principe des collages (surréalisme) et de la caricature des "grands de ce monde". S'adressant aux télespectateurs droit dans l'oeil de la caméra, il apostrophe la télévision et s'interroge sur sa liberté. Il lit un de ses poèmes "Elle disait" . Il s'explique sur son anticléricalisme

Commenter cet article

eva baila 21/08/2009 00:12

J'ai toujours aimé Prévert, je l'aime toujours, bien qu'il soit boudé par les intellectuels... c'est normal, je ne suis pas une intellectuelle !
Bonne fête Christophe.
eva.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents