Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Enfant de Novembre

Enfant de Novembre

Bienvenue sur le blog de ToF', une escale dans sa balade labyrinthique.


Les lavandières de la nuit

Publié par TOF'EnfantdeNovembre sur 31 Octobre 2008, 02:41am

Catégories : #TOF' aime...

Coup de coeur pour un artiste breton alors que j'avais 17 ou 18 ans, au Musée des Beaux-Arts de Quimper...

















Yann Dargent, "Les lavandières de la nuit", 1861



Yann Dargent est l'un des rares peintres léonards de son siècle.

Remarqué par Théophile Gauthier, en 1861, Yann Dargent se lie ensuite d'amitié avec Gustave Doré, qui vient de publier la "Divine Comédie".
Il est fortement marqué par les légendes de son enfance, et son tableau en est l'une des illustrations. Il aborde des thèmes aussi divers que la nature, les contes pour enfants, la vulgarisation scientifique ou encore la vie des saints.
Il meurt le 19 novembre 1899 à Paris et est enterré à Saint Servais. (Novembre me poursuit, et je ne compte plus tous ces artistes, que ce soit dans la peinture, dans la musique ou dans la poésie, qui ont quitté notre monde en plein coeur de ce mois qui m'a fait).

Pour en savoir plus sur l'artiste, voici un lien:

link

"L'histoire posthume de Yann Dargent est un événement sans pareil qui lui valut une notoriété superieure à celle qu'il connut au cours de son existence !
En effet , peu avant sa mort, Yann Dargent, agonisant, exprima deux souhaits :
-être enterré à Saint-Servais, ce qui ne posa aucun problème.
-mais il désira également que sa tête rejoigne les ossements de sa mère et de ses grands-parents dans l'ossuaire, ce qui était une pratique courante à cette époque. Pour cela, les descendants devaient attendre un délai de cinq ans.
Le 8 octobre 1907, Ernest Yann Dargent fait ouvrir le cercueil de l'artiste afin de procéder à la cérémonie en présence de l'abbé Guivarc'h. Mais après huit ans le corps de Yann Dargent est encore intact ! L'abbé est obligé de trancher la tête de l'artiste..." (lire la suite dans le lien ci-dessus).

Commenter cet article

eva baila 31/10/2008 08:09

J'ai une version de la Divine Comédie illustrée par Gustave Doré... Gustave Doré s'est inspiré du site du Pont Neuf à Ronda pour certaines de ses gravures...
Ton link est intéressant, et le tableau est onirique. On peut se demander pourquoi certains artistes passent à la postérité et d'autres restent dans l'ombre...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents